SURYA YOGA ,Strasbourg

SURYA YOGA ,Strasbourg

Yoga Nidra, le sommeil éveillé


La prise de conscience du corps et de ses mouvements, la prise de conscience des sentiments et des émotions, et la prise de conscience des pensées devraient être pratiquées, tout le temps, quel que soit ce que nous faisons. Tout au long de la journée et même, avec quelque pratique, de la nuit - même durant les rêves - nous devrions continuer à prendre conscience.

 

Que signifie « Yoga Nidra » ?

Le terme Yoga Nidra est dérivé de deux mots sanskrits.

Yoga signifie "unir la conscience individuelle avec la conscience cosmique". C'est la communion entre le soi et le Soi. Le yoga est le processus qui nous mène à cet d'état d'union.

Nidra est un "vritti", c'est-à-dire une fluctuation du mental. C'est le sommeil méditatif avec conscience.

Ainsi, le Yoga Nidra peut être appelé « sommeil yogique ».

Le Yoga Nidra est par conséquent une technique à la fois de «  sommeil conscient »  et de méditation guidée. C'est une des techniques de relaxation les plus anciennes. Son objectif consiste à se glisser dans un sommeil profond tout en demeurant conscient. Ainsi, il devient possible d'accéder au subconscient, parfois à l'inconscient, pour les nettoyer progressivement des conditionnements qui nous habitent et fondre la conscience dans le Tout. Cet état est le même que l'état appelé "hypnagogique", c'est-à-dire l'état intermediaire entre la veille et le sommeil.

Dormir est en quelque sorte, se désintéresser. C'est le retrait des sens : Prathyahara. Cette isolation sensorielle est un phénomène neurophysiologique qui consiste en une rupture de contact de notre cerveau avec les stimuli sensoriels venus de la périphérie. A chaque fois que nous passons par la période d'assoupissement qui précède le sommeil : la phase "hypnagogique", un retrait des sens s'accomplit. Toute l'énergie mentale est alors en principe disponible pour des perceptions internes, mais à une condition, que nous restions lucide. Pendant le sommeil lent (profond) le corps se repose et se revitalise au niveau des échanges cellulaires et pendant les rêves, le système nerveux se recompose.

 

Dans cet état nous ne perdons pas conscience mais nous perdons la relation avec le corps. Le Yoga Nidra permet de recréer cet état et permet d'y effectuer des "exercices".

Le Yoga Nidra est une méthode systématique et délibérée pour amener le yogi ou la yogini dans une relaxation physique, mentale et émotionnelle complète et ensuite aller consciemment dans l'inconscient dans l'unique but d'apporter des changements permanents qui conduiront à une transformation personnelle et spirituelle.

Il fonctionne en produisant un sentiment de bien-être, de calme et de conscience profonds. C'est seulement lorsque l'esprit est calme et libéré que le corps cellulaire peut se décontracter et ouvrir la voie au renouvellement et à la régénération. Quand notre esprit est paisible, notre corps sait précisément comment rester serein et réguler les déséquilibres. Le Yoga Nidra se fonde sur des exercices de visualisation avec des suggestions et vise ensuite à atteindre un état de rêve éveillé.

La pratique du Yoga Nidra est un voyage intérieur au travers des koshas (couches ou strates du corps énergétique).

 

Origine

 

La pratique actuelle du Yoga Nidra découle des anciens enseignements de la pratique tantrique connue sous le nom de Nyasa, décrit dans des textes tels que Brihad Yoga Yagyavalkya et le  Yogataravali ainsi que de nombreux textes upanishadiques et tantriques.

Puisant ses origines dans les textes les plus anciens , Swami Satyananda Saraswati synthétisa un ensemble de techniques préexistantes. Il a recréé cette pratique transformationnelle pour la croissance spirituelle et l'introspection, cependant sans les rituels compliqués associés aux enseignements originaux. À l'époque, le Yoga Nidra était pratiqué en position assise et incluait la répétition de mantras coordonnés à des parties spécifiques du corps. Aujourd'hui, le Yoga Nidra est plutôt pratiqué dans une position couchée confortable, et n'inclut pas de mantras.

Lorsqu'on pratique le Yoga Nidra , l'état au-delà du sommeil et du rêve - appelé sommeil profond conscient - devient un sol fertile et fécond aux affirmations, aux intentions et à la libération des tensions.

Le Yoga Nidra fut mis au point aux alentours de 1950 par Swami Satyananda à Rishikesh (Inde) après avoir compris, grâce à son expérience personnelle , que même endormi, le cerveau et plus précisément le corps subtil sont capables de recevoir des informations et de les assimiler.

Il approfondit ses recherches et met au point cette discipline qui s'attaque de front aux trois types de tensions qui nous perturbent : physique, psychique et émotionnelle.

 

Swami Satyananda

 

Sri Swami Satyananda Saraswati (1923 - 2009) est un des maîtres les plus éminents de l'Inde.Il est considéré comme un éminent spécialiste du Yoga et du Tantra.


Il est né en 1923 à Almora (Uttaranchal), , une petite ville de l'Uttar Pradesh, au nord de l'Inde, prés de la frontière du Tibet. dans une famille d'agriculteurs.

Les pratiques développées par Swami Satyananda Saraswati et la Bihar School of Yoga visent à harmoniser tous les plans de la vie humaine et à expérimenter le yoga et la spiritualité, par la pratique personnelle.

Son enseignement
a permis de réactualiser d'anciennes techniques yoguiques, telles que le Yoga Nidra, le Kriya yoga et de nombreuses pratiques de méditation. Son enseignement aborde les postures d'une façon quasi scientifique, en donnant la marche à suivre, les effets et les contre-indications des différentes postures ou asana et des autres exercices du hatha yoga, les respirations ou pranayama, les verrouillages de l'énergie ou bandha et les gestes psycho-physiques ou mudra. Cette approche a donné naissance à des ouvrages-clés du yoga.

Swami Satyananda est arrivé à Rishikesh près de Swami Shivananda à l'âge de 19 ans. Il devait surveiller la nuit l'école de sanskrit contre les vols. Il ne dormait donc pas et à 3h30 du matin quand les cours commençaient, il dormait près de la salle. Il s'est aperçu qu'il connaissait les mantras qui étaient récités sans les avoir entendus "consciemment". En 1963 fut créé à Munger une école où un jeune garçon de 4 ans très turbulent arriva (le futur Swami Niranjan). Swami Satyananda lui faisait écouter des cassettes  de textes classiques pendant que le jeune dormait. Le matin le jeune garçon pouvait réciter ces textes. Swami Satyananda a utilisé l'ancienne pratique de "Nyasa" qu'il a modifiée pour en créé aujourd'hui la pratique de "yoga nidra" , réputée dans le monde entier.

Il fonde en 1963 l'International Yoga Fellowship Movement et en 1964 la Bihar School of Yoga à Munger (Bihar-Inde). Au cours de vingt années qui suivirent, il voyagea dans tous les pays et écrivit plus de 80 livres sur le yoga. En 1987, il créa Sivananda Math, une organisation charitable pour le développement rural, et une organisation de recherche appelée "Yoga Research Foundation".

En 1988 il renonce à toute activité publique, et prend la Sannyâsa kshetra pour vivre comme un sannyasin paramhansa.

 

Il meurt le 6 décembre 2009.

 

" On croit d'habitude qu'on est détendu. Ors, l'observation montre des gens qui se rongent les ongles, se mettent les doigts dans le nez, se grattent la tête, se tapotent le menton,...d'autres fument des cigarettes, parlent pour ne rien dire, ont la bougeotte, montrent une constante irritabilité. On peut donc être inconscient de son propre état de tension !!! Nous pouvons nous croire heureux et détendu mais un regard lucide sur nous-mêmes et sur nos comportements prouvera le contraire....Les évènements passés, refoulés, enterrés dans l'inconscient par-delà la mémoire, encore actifs, sont à l'origine de nos craintes et obsessions. Dans l'inconscient, il y a aussi les désirs instinctifs, qui luttent sans fin pour s'exprimer, et se donner libre cours au niveau du conscient. C'est au sein de ce tumulte inconscient que s'enracinent nos tensions. L'ego se trouve entre le conscient et l'inconscient. C'est le censeur du mental qui ne permet la pénétration dans le conscient que d'un mince courant d'informations. L'ego nous refuse aussi l'accès aux zones de l'inconscient qui sont le siège de l'intuition et de la créativité et aussi à l'inconscient collectif. C'est ce dernier qui nous relie à autrui car la conscience collective garde, enregistre tout notre passé commun." Swami Satyananda 

 

Déroulement d'une séance de Yoga Nidra

 

La pratique du Yoga Nidra se fait allongé, en posture de shavasana, que l'on traduit par la posture du cadavre ou du gisant. Le corps est complètement relâché, dans une parfaite immobilité qu'aucun mouvement ne doit venir troubler.

Il est conseillé de placer un coussin sous la tête et de se couvrir d'une couverture car la température du corps diminue durant la séance.

Constamment guidé, le pratiquant est amené à un état de relaxation équivalent au sommeil profond tout en maintenant une conscience active.

La séance type s'articule autour de 5 principaux points :
- la rotation de la conscience, (concentration et perception de chaque partie du corps)
- la prise de conscience de la respiration,
- le développement de sensations,
- les visualisations,
- le Sankalpa, la résolution positive.

 

Le Yoga Nidra commence par un état de relaxation profonde atteint par la rotation de la conscience vers l'intérieur, connu en sanskrit sous le nom de Pratyahara. La conscience mentale est alors détournée des perceptions sensorielles extérieures. La pratique du Yoga Nidra amène le pratiquant dans un état de conscience qui se situe entre l'état d'éveil et celui du rêve. L'inconscient possède son propre langage basé sur des symboles et des images. Ainsi, après que l'étudiant ait été guidé dans l'état de relaxation, les images et les symboles sont utilisés pour parler directement à l'inconscient. L'étudiant établit une résolution personnelle et l'énonce plusieurs fois au cours du processus. Il imprègne une résolution, une courte phrase positive, dans son inconscient avec détermination et conscience au moment où l'esprit est le plus réceptif.

Favorisant l'émission des ondes alpha, thêta et delta, caractéristiques de l'état de relaxation, le yoga nidra est un état qui favorise le contact avec les forces vives, sur les plans physique, émotionnel et énergétique.

L'entrée et la sortie de séance se fait souvent accompagnée de mantras,  des sons graves servant à réveiller et à maintenir un état entre veille et sommeil. Ces sons font vibrer par leurs basses fréquences certaines parties du corps, les chakras (points d'énergie) et principalement le ventre, centre des émotions.


Les états modifiés de conscience

Le Nidra Yoga a pour objet l'observation des différents états de conscience. Pour comprendre, utilisons la métaphore de l'iceberg.
La masse de glace peut être considérée selon trois étages :
la partie visible, correspondant à l'état de veille, ou conscient, Jagrat, est l'état de veille… dans lequel l'individu perd conscience de sa véritable nature en s'identifiant au corps, à la forme et au nom.
• la ligne de flottaison, l'état de sommeil avec rêve, ou subconscient, Svapna, est l'état de rêve… dans lequel l'identification repose sur les impressions et les images mentales qui sont le résultat des mémoires accumulées au cours de l'état de veille. Ici encore, l'individu demeure inconscient de sa véritable nature.
la partie invisible, sous-marine, l'état de sommeil sans rêve ou inconscient, Sushupti, est l'état de sommeil sans rêves… dans lequel la personne n'a plus conscience de quoi que ce soit. C'est un état d'absence.

 

Ces trois parties ou ces trois états n'ont pas, malgré les apparences, de frontières ou séparations stables. Il suffit que l'iceberg se modifie en fonction d'un réchauffement ou d'un refroidissement du climat – ce qui est permanent – pour que ces séparations ne soient plus mesurables. D'autre part, la ligne de flottaison est elle aussi très instable, voire inexistante, compte tenu du mouvement des vagues alentour. En réalité, et ultimement, il n'existe pas de séparation véritable car toutes les parties de l'iceberg sont de la même nature. Seul le regard différencie.
Il va s'agir alors très simplement de voir que l'iceberg est l'ensemble de ces parties. Au-delà de la métaphore, la conscience n'est pas différente de ce qui la constitue (conscient, subconscient et inconscient). Mais plus intimement encore, cet iceberg est de la même nature que l'océan dans lequel il baigne. Dans leur nature profonde, tous ces éléments sont simultanément différents et non différents.

Enfin après de nombreuses pratiques l'adepte comprend qu'il existe une continuité entre nos trois états de conscience ordinaire soit le monde de veille, de rêve et de sommeil profond. Il s'agit d'un quatrième qui les contient tous et qui les transcende. Il est nommé Turya Tittà, le quatrième état.
Dans cet état particulier le yogi garde toujours la conscience d'une sorte de mémoire qui sous-tend les trois autres. Il n'y a plus vraiment de frontières marquées, bien délimitées entre le rêve, le sommeil et l'état ordinaire de la conscience.

Les qualités des ondes du cerveau sont en relation avec ces états. Lorsqu'une personne dirige son attention sur le monde extérieur, il se produit habituellement des ondes de fréquence BETA. Si elle ferme les yeux et ne pense à rien de spécial, elle produit généralement un mélange d'ondes BETA et ALPHA. Si elle glisse dans le sommeil, elle s'assoupit et les ondes THETA apparaissent, tandis que les ondes ALPHA et BETA diminuent. Les ondes DELTA sont présentes dans le sommeil profond (sommeil lent). Il est anormal qu'elles le soient à l'état vigile. On peut faire apparaître des ondes ALPHA les yeux ouverts si l'attention en même temps se tourne vers le dedans. Les ondes ALPHA lentes sont la zone privilégiées où se situe le YOGA NIDRA chez un pratiquant moyennement avancé.

Donc pendant le Yoga Nidra:

  • la plupart des gens peuvent rester conscient dans la zone des ondes ALPHA et BETA,
  • les yogis avancés peuvent rester conscients en ALPHA, BETA et THETA,
  • les Maîtres peuvent rester conscients en DELTA et THETA,
  • le Yoga Nidra couvre toute la série des ondes cérébrales.

 

points communs avec d'autres pratiques occidentales

On retrouve dans certaines pratiques occidentales des points communs avec cette pratique de Yoga Nidra.

  • En 1928, Jacobson introduit l'alternance : contraction / relâchement.
  • En 1932 le training autogène de Schuler utilisait une image mentale de relâchement avec sensation de pesanteur et chaleur.
  • Vint la méthode Vitoz qui équilibre le conscient et l'inconscient.
  • La méthode Couet qui répète une phrase comme de l'autosuggestion jusqu'à ce que le corps la prenne en compte.
  • En 1960 la Sophrologie de Cassedo introduit la rotation de conscience avec visualisation des parties malades mais sans aspects physique, mental et spirituel.


05/01/2011

A découvrir aussi